Mardi 22 Novembre 2022           

 

  La lône de l’Ove   à  Soyons

 

Temps incertain mais grosse affluence aujourd’hui. C’est un groupe de 31 marcheurs (sur 35 inscrits) qui part pour Soyons mené par Bernadette et Cosimo. Nous débutons du vaste parking à côté du stade bouliste au bord de la Via Rhôna. Un chemin nous ramène en direction du village près de la voie ferrée. Nous bifurquons à gauche pour longer un bras de lône et la zone du Brégard. Le terme de lône est spécifique au Rhône, même s’il s’est un peu répandu. C’est un bras du fleuve en retrait du lit principal, alimenté par infiltration de la nappe alluviale ou par une crue.

Le chemin  arrive à un pont à une station de pompage. Tout de suite après nous longeons comme une petite rivière, c’est le début de la lône de l’Ove qui serpente dans un joli bois, puis s’élargit faisant presque un lac pour arriver à un pont sans garde-fou où l’eau affleure les arches. Mais nous ne le prenons pas. Nous rattrapons un autre chemin qui va longer encore la lône jusqu’à son extrémité sud. Au bord du chemin nous observons de beaux amadouviers de toutes tailles. L’amadouvier est un champignon en coupelle sans tige qui pousse sur des troncs d’arbres morts. Autrefois ramassés par les paysans pour confectionner l’amadou qui servait à éclairer les feux. Le nom vient d’un mot provençal qui signifie « amoureux » à cause de sa facilité à s’enflammer.

Après la lône nous poursuivons notre chemin vers le sud. Nous apercevons les  premières maisons du village de Charmes, puis atteignons la Via Rhôna et repartons vers le nord. Ce chemin est en contrebas du Rhône et borde la lône de l’Ove côté est. Nous le suivons un bon moment, il est très abrité et il  fait bon y marcher. Arrivés au petit pont qui marque la fin de la lône de l’Ove, une passerelle nous permet d’enjamber un bras de lône et de monter au bord du Rhône. Nous sommes juste en face du port marchand de Valence. On voulait  suivre la rive mais ici un petit vent frisquet nous fait décider de redescendre où il fait meilleur. D’ailleurs  nous faisons un peu plus loin la halte goûter  au soleil. Les distributions de chocolats nous rappellent que Noël arrive…Mais il faut repartir jusqu’à une autre passerelle pas très loin des voitures. Nous la prenons pour remonter sur les berges. Le vent a disparu.  Après la photo de groupe nous marchons vers le nord jusqu’à rejoindre la Via Rhôna qui arrive de l’île de Blaud vers le pont des Lônes et qui nous ramène aux voitures. Nous avons parcouru 7,5km.

Une ballade d’hiver facile et agréable avec un groupe sympa et discipliné malgré le nombre important de participants.

 

Photos : Denise et Bernadette

Texte : Bernadette

401  consignes au départ      .JPG
press to zoom
402  l'église romane de Soyons    .JPG
press to zoom
403  c'est parti  .JPG
press to zoom
404  première lône    .JPG
press to zoom
405  la lône de l'Ove     .JPG
press to zoom
406  bien groupés    .JPG
press to zoom
407  le pont à arches    .JPG
press to zoom
408  petit arrêt   .JPG
press to zoom
409  les amadouviers   .JPG
press to zoom
410  au bout de la lône de l'Ove   .JPG
press to zoom
411  aie ! les chaussures .JPG
press to zoom
412  première passerelle    .JPG
press to zoom
413  poste de surveillance .....JPG
press to zoom
414  port de Valence    .JPG
press to zoom
415  on redescend    .JPG
press to zoom
416  après le gouter    .JPG
press to zoom
417  la tour des Sangles   .JPG
press to zoom
418  deuxième passerelle    .JPG
press to zoom
419  le groupe avec  Denise   .JPG
press to zoom
420  le groupe avec Bernadette  .JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 - du 15/11/2022

 

- MONTELIER - Les Bernardins.      (tracé PDF)


Montélier : monticule - petite hauteur.

La clairière des Lutins, le refuge des poètes, le miroir des demoiselles, le jardin de Flore, le coin de savane, tous ces endroits enchanteurs se trouvent au Jardin des Rêves. Nous n'étions que de passage mais comme il doit faire bon déambuler dans cet environnement "magique"! Un peu plus loin, au pied de l'église Saint Prix (1902) voilà la fontaine de Mélusine et celle de la porteuse d'eau où nous faisons la photo du groupe. C'était une belle entrée en matière.

Nous partons en campagne, d'un pas décidé, le ciel est bien chargé. Nous côtoyons quelques belles demeures sur le chemin des Bayardières. Notre guide connaissait parfaitement son itinéraire car nombreux ont été les croisements dans cette vaste plaine.

Après le goudron voilà un chemin de terre à notre droite, il est bordé d'une haute haie de résineux. Et ainsi nous irons de hameaux en ruisseaux, entre autre la Limaçole, de sentiers en bordure de champs, jusqu'à la rive droite du Guimand. Ses rives sont bien encombrées, nous ne l'apercevons qu'à travers quelques trouées. Là, quelques gouttes nous font sortir des sacs capes et coupe vent, mais c'était histoire de les aérer un peu, ils ne servaient plus depuis tellement longtemps ...

Nous aurons encore quelques croisements, puis comme le Guimand, toujours lui, nous partirons sur notre gauche pour enfin apercevoir le château des Monteynard et sa rotonde. Il a été construit par la famille de Sassenage à la fin du 14ème. Un pont enjambant les douves conduit au vaste portail d'entrée ouvert ce mardi ; serions nous attendus ? Nous goûtons là, c'est l'habitude.

Et Mélusine ?? La légende nous dit que la femme sirène ou serpent vivait là dans les sources voisines du château. Aujourd'hui nous ne l'avons pas vue, pourtant nous étions 21 !

Fabienne était notre guide. Denise notre photographe, nous avons parcouru 8,200 km.

Mauricette.

401 - espace savane.JPG
press to zoom
402 - jardin des rêves.JPG
press to zoom
403 - église Saint Prix.JPG
press to zoom
404 - la porteuse d'eau.JPG
press to zoom
405 - c'est à droite que nous allons.JPG
press to zoom
406 - agréable sentier.JPG
press to zoom
407 - on se regroupe.JPG
press to zoom
408 - souche au champignons.JPG
press to zoom
409 - cherchez le petit âne.JPG
press to zoom
410 - château en automne.JPG
press to zoom
411 - entrée interdite.JPG
press to zoom
413 - beau jardin des rêves.JPG
press to zoom
412 - goûter assis - debout.JPG
press to zoom
414 - un petit pont de bois.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G 4 du 08/11/2022

 

- LES BLANCS CHAMBAUDS - St Marcel les Valence.


Au programme ce mardi une longue randonnée de 9,800 km, proposée par Jacques, nous sommes 19.

Nous partons de Saint Marcel centre village par le "pass âge". Nous avons à notre droite la voie ferrée, à gauche une bordure herbeuse où nous marchons ; plus haut des maisons, une colline boisée. Voilà notre environnement de départ. Nous allons bientôt le quitter par le Chemin du Chevreuil qui va nous conduire vers des lieux plus calmes. Nous aurons des champs de lavande, une jeune truffière bien entretenue : encore un peu de Provence, aujourd'hui entre Saint Marcel et Châteauneuf d'Isère.

Une première et unique montée, au bout de laquelle nous soufflons un moment, et à partir de là nous allons traverser d'immenses et impressionnants champs d'abricotiers et de pêchers. Apparemment l'automne n'est pas arrivé ici car tous ces arbres ont conservé leur feuillage vert.

Il faut au guide de bons repères et le sens de l'orientation pour ne pas s'égarer dans tous ces nombreux quartiers : des Chambauds, des Blancs, des Oboussiers .... Après une brève descente nous empruntons le chemin de Grosbeau, mais au croisement un coin herbeux idéal pour la pause goûter, c'est un peu tôt mais il faut conserver les habitudes ! nous avons marché trop vite ....

Et puis c'est un petit hameau tranquille qui avait un point de vue exceptionnel sur le Vercors, maintenant il y a la gare TGV et ses cubes colorés. Un peu plus loin, en contrebas du sentier une basse cour où les dindons et les oies nous saluent au passage. Voilà des falaises de molasse, certaines ont des ouvertures, sans doute d'anciennes champignonnières.

Nous rentrons par le chemin des Grandes Terres en longeant des champs d'abricotiers, incontournables aujourd'hui !

C'était un bel après-midi de plaine : un pied à St Marcel, un pied à Châteauneuf !

Christian photographe.

Mauricette.

401 - chemin des Chevreuils
press to zoom
402 - Vercors nuageux
press to zoom
403 - groupe et petite montée
press to zoom
404 - lavande au carrefour
press to zoom
405 - les filles en tête
press to zoom
406 - pas de bavardage, ça monte
press to zoom
407 - la côte se termine
press to zoom
408 - on va se désaltérer
press to zoom
409 - construction bizarre
press to zoom
410 - décor carte postale
press to zoom
411 - c'est le coin goûter
press to zoom
412 - sur le chemin de Grosbeau
press to zoom
413 - fouillis
press to zoom
414 - gare entre ciel et terre
press to zoom
415 - cubes gare TGV
press to zoom
1/2

Mardi 25 octobre 2022                 

 

  Saôu           Le Pas de Lestang   (Tracé PDF)

 

Encore un temps exceptionnel aujourd’hui. Après le brouillard du matin, c’est sous un chaud soleil qu’un groupe de 17 marcheurs part pour le village de Saôu  guidé par Bernadette et Cosimo. Dès le départ nous souhaitons la bienvenue aux 6 nouveaux  présents. Profitant de la traversée du village nous nous arrêtons devant l’église romane Notre-Dame du 12ème qui était à l’époque reliée à l’abbaye de St Thiers par un cloitre, le tout entouré de remparts aujourd’hui disparus. C’était un monastère de l’ordre de St Augustin. Vers 1385 elle fut détruite et les religieux se cachèrent pendant 7 ans dans une grotte à Roche-Colombe. Reconstruite elle connait son apogée à la veille des guerres de religion où elle fut à nouveau détruite, puis restaurée. Son déclin date de 1738 environ. Il ne reste que son beffroi où nous arrivons. Cette tour carrée haute de 18m porte l’horloge du village et un cadran solaire. Elle est située sur une des 2 places  du village animée par les commerces : cafés, restaurants et boutiques de nombreux artisans d’art installés ici. Nous débouchons près de la mairie au bord de la Vèbre, le petit ruisseau qui arrive de la forêt de Saôu. Nous la traversons pour prendre la Rue de l’Oume aussi ancienne que pittoresque. Elle arrive au pied du « Roc » le rocher emblématique qui culmine à plus de 566m (Saôu 326m) Autrefois sur sa façade sud se trouvait un château fort et vers l’an 600 un village se forma autour puis en 900 il descend se développer autour de l’abbaye de St Thiers. C’est pour cela que Saôu est qualifié de village « déperché ». Nous passons devant une grande bâtisse, ancienne usine à billes, aujourd’hui transformée en gites. Puis nous longeons la Vèbre par un petit sentier qui part en direction de la forêt de Saôu. On passe à proximité du château d’Eurre du 14ème, maison-forte détruite durant les guerres de religion, reconstruite à la fin du 16ème siècle puis incendiée de nombreuses fois ! C’est un bâtiment en carré autour d’une cour intérieure avec 2 tours rondes en façade sud. On observe un cadran solaire au dessus de l’entrée. Propriété privée il ne se visite pas. Au milieu des champs de lavande nous apercevons ensuite le château de Lastic, maison-forte connue dès 1433, réaménagée en 1577 par la famille Lastic. Le percement de la route qui relie Saôu à la Forêt de Saôu vers 1880 a coupé l’enceinte et isolé 2 tours du nord. Il reste une tour avec un cadran solaire. Ce château fut inscrit  aux monuments historiques en 1926 sous le vocable de « Donjon de Lastic »

 

Le petit sentier chemine au pied de la longue colline du Palloir dont nous allons faire le tour. On note quelques éboulis inquiétants et on arrive au passage entre le Palloir  et la haute montagne des Pomerolles. Nous sommes au Pas de Lestang. Un gentil jeune promeneur ( avec beaucoup d’humour ) se précipite pour prendre la photo du groupe.  Tout à côté l’étang, lieu réputé où se reproduisent grenouilles et libellules est à sec. Il est envahi d’une végétation acclimatée au fait qu’il soit en eau ou à sec. Nous contournons le Palloir sur son versant sud beaucoup plus chaud. Une belle montée dans les bois et c’est l’arrêt banane dans les thyms. Ensuite c’est la descente pour retrouver le « Roc » côté sud. Un petit sentier nous mène à une descente en nous faisant découvrir le village tout en bas. Il nous ramène sous le Roc à la Rue de l’Oume. La boucle est bouclée.

Beaucoup sont contents d’avoir découvert le village où l’on passe en voiture sans voir grand’chose, et ce circuit en dehors de la forêt elle-même  où l’on fait aussi  c’est vrai de bien belles randos.

 

Photos : Denise et Bernadette

Texte : Bernadette

401  bienvenue aux nouveaux.JPG
press to zoom
402  roche-Colombe    .JPG
press to zoom
403  devant l'église Notre Dame    .JPG
press to zoom
404  le beffroi     .JPG
press to zoom
405  la Vèbre devant la mairie      .JPG
press to zoom
406  le long de la Vèbre    .JPG
press to zoom
407  éboulis     .JPG
press to zoom
408  le groupe complet   .JPG
press to zoom
409+  dans une montée    .JPG
press to zoom
410  petit arrêt    .JPG
press to zoom
411  ça monte encore     .JPG
press to zoom
412  l'heure de la banane  .JPG
press to zoom
413  le goûter   .JPG
press to zoom
414  on domine la plaine     .JPG
press to zoom
415  la plaine du Roubion   .JPG
press to zoom
416  dernière descente   .JPG
press to zoom
417  on domine Saôu     .JPG
press to zoom
418  un beau jardin    .JPG
press to zoom
419  retour rue de l'Oume     .JPG
press to zoom
420  fin de la rando     .JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 - du 18/10/2022

 

- DIONAY - LA VOIE DU TRAM et RESTAURANT. (tracé PDF)
 

Ce mardi Annick et Michel nous font sortir de nos frontières drômoises. Nous allons marcher sur les contreforts des Chambarans dans les "Terres Froides" (pas aujourd'hui). Ce parc naturel des Chambarans de 300 ha représente depuis 1990, 40 km d'allées et de sentiers.

De 1897 à 1937 un tramway reliait Saint Marcellin à Lyon et passait à Dionay ; il transportait voyageurs et marchandises, empruntant tunnels et ponts de fer à la vitesse autorisée de 35 km/h : c'était le TACOT. Il a été démonté en 1937. C'est sur une petite partie de son tracé que nous cheminons aujourd'hui.

Nous partons donc de Dionay "Isère des Collines", ces collines qui constituent notre paysage proche, et il est verdoyant, il est parsemé de ci de là de couleurs automnales, de quelques maisons qui semblent "posées" là haut. Nous traversons une vaste ferme peuplée de chevaux, de moutons, et de volailles en tout genre. Puis nous changeons complètement de décor, nous sommes à l'ombre, l'humidité est omniprésente entretenue par des ruisseaux, plus ou moins vaillants, une mare au milieu d'une prairie. Puis voilà un chemin plus sec au bout duquel un tunnel apparaît (il mesure 70 m) des panneaux explicatifs nous racontent son histoire. Notre environnement va encore changer, finie l'humidité, c'est une forêt dense maintenant, une belle forêt de châtaigniers, de chênes, bordée de grands houx ; une forêt à champignons disent certains. Et puis au bout de ce chemin voilà quelques bancs, des tables, nous y faisons une petite pause.

Nous laissons là le parcours du petit train, voilà un peu de goudron, apparaît le clocher du village sur son promontoire. Mais il nous reste un site particulier à voir. Une vaste et haute colline aux allures de "bassine renversée" dit le dépliant et appelée par les gens d'ici "le cul de Perrette", la Perrette du pot au lait ? Nous descendons cette haute colline et c'est là que nous constatons surpris que nous avions effectué un beau dénivelé sans le savoir !

Nous sommes attendu à l'Auberge où nous allons passer dans la bonne humeur et la franche "rigolade" un agréable moment et un agréable repas servi sous la tonnelle.

Belle journée dans cet environnement varié et nouveau. Merci à Annick et Michel guides, à Christiane et Roselyne photographes. Nous avons parcouru 9 km avec 175 m de dénivelé, nous étions 15.

Mauricette.

413 - bienvenue sous la tonnelle
press to zoom
414 - joyeux G4, santé
press to zoom
401 - église St Jean
press to zoom
402 - à la belle fontaine
press to zoom
403 - à lire
press to zoom
404 - chevaux à la prairie
press to zoom
405 - ferme, prairie, automne
press to zoom
406 - entrée du tunnel
press to zoom
407 - construction du Tacot
press to zoom
409 - collines, ciel bleu
press to zoom
410 - noyers et collines
press to zoom
408 - repos bien mérité
press to zoom
411 - vont devenir des meubles
press to zoom
412 - collines iséroises
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 11/10/2022

 

- LA BAUME CORNILLANE - LES BAYETTES.   (tracé PDF)


La Baume Cornillane : une beaume ou une baume est une grotte. Au moment des guerres de religion, Catherine de Cornillan, châtelaine a été enfermée dans la baume, devenue la Grotte de la Dame. A proximité jaillit une cascade alimentée par le ruisseau le Ruf ; un sentier de randonnée existe pour découvrir ces deux sites. Mais ce mardi c'est un autre circuit prévu au programme.

Nous partons du Pas du Pont. Une fois enjambé le ru Tisserand sur des pierres plus ou moins bancales, nous allons grimper dans ce beau sous bois ; le sentier est étroit, pentu et "racineux", nous sommes en file indienne. Quelques brefs arrêts et nous arrivons sur un chemin plus large qui va déboucher sur la Pangée, les ruines du château, le donjon et la vue lointaine jusqu'aux monts d'Ardèche dans la brume. Une halte s'impose. Des panneaux nous parlent de la dérive des continents il y a quelques 240 millions d'années.

Selon notre habitude nous allons visiter l'arborétum créé par les enfants des écoles du village. Les petits arbres sont devenus grands, les panneaux explicatifs sur les insectes sont toujours là, l'endroit est bien entretenu, il faudrait y rester plus longtemps mais nous ne sommes que de passage, une petite diversion.

Nous laissons derrière nous tout ce passé "d'histoire/géo". Nous obliquons en direction du massif de la Raye, nous traversons le quartier des "Bayettes" et voilà un large chemin qui de montées en descentes, de falaises, en très nombreux champs de lavande, de gués asséchés, va nous conduire à un passage, grimpant à travers un talus et une bordure de champ de lavande (encore). Mais au bout du champ la récompense ! un endroit tellement propice pour la pause goûter.

Une dernière descente rapide et caillouteuse, mais pas de glissade, tout se passe bien pour rejoindre la route menant au Pas du Pont. La boucle est bouclée.

C'était un bel après-midi, la balade était variée. Nous avons parcouru 6 km pour 200 m de dénivelé.

Nous étions 26 randonneurs, Christian M. photographe, Mauricette guide.

Mauricette.

401 - Pas du Pont
press to zoom
402 - départ sous le pont
press to zoom
403 - passage du Tisserand
press to zoom
404 - file indienne
press to zoom
405 - là commence la Pangée
press to zoom
406 - vaste panorama à l'ouest
press to zoom
407 - dérive des continents
press to zoom
408 - il y a 250 millions d'années
press to zoom
409 - tout est écrit
press to zoom
410 - centre de la Pangée
press to zoom
411 - arborétum des écoles
press to zoom
412 - château des Cornillan
press to zoom
413 - les Bayettes
press to zoom
414 - toujours en montée
press to zoom
415 - coin d'automne
press to zoom
416 - croisée de chemin
press to zoom
417 - lavande et lavande
press to zoom
418 - raide la pente
press to zoom
419 - pierres qui roulent ....
press to zoom
420 - 26
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 04/10/2022

 

 - BEAUVALLON ETOILE PAR LE CHATEAU D'EAU


La randonnée de ce mardi a été abandonnée pendant quelques années, certains s'en souviennent, mais elle est nouvelle pour la plupart du groupe.

Nous quittons Beauvallon par de petites ruelles insoupçonnées, étroites et pentues, qui nous conduisent tout d'abord en bordure d'un calvaire où quelques panneaux nous parlent des guerres de religion qui ont sévi dans la Drôme. Sur notre gauche un massif forestier, c'est là que nous allons. Nous y découvrirons de beaux arbres, un ombrage apprécié, car le temps est estival.

En sortant du massif, c'est bien sûr le château d'eau qui retient notre attention ; nous allons lui faire une visite, admirer son décor et ses couleurs (nous ne saurons pas le nom de l'artiste qui l'a "habillé" ainsi). Plus loin le télégraphe de Chappe, construit en 1820, restauré en 2010.

Et puis nous voilà à Etoile. Nous allons y flâner un moment, découvrir en désordre : le château des Poitiers, l'église Notre Dame du 12/13ème, une tour renaissance, un donjon du 10ème, une fontaine, un olivier plusieurs fois centenaire, etc... Mais il nous faut écourter, il nous faut goûter et il nous faut rejoindre la rive gauche de la Véore ; nous ne ferons que l'apercevoir, elle est enfouie dans un enchevêtrement de ronces. Ce sera la partie la plus monotone du jour que nous parcourons d'un bon pas pour aller retrouver Beauvallon.

Nous étions 21, avons parcouru 7,400 kilomètres. Michel guide, Christian photographe.

Mauricette.

401 - dans le massif forestier
press to zoom
402 - Beauvallon le calvaire
press to zoom
403 - un peu de lecture
press to zoom
404 - 1 tronc 7 arbres
press to zoom
405 - il était remarquable
press to zoom
406 - petit avion, grand ciel bleu
press to zoom
407 - château d'escalade
press to zoom
408 - le but du jour
press to zoom
409 - tout est dit
press to zoom
410 - peut se visiter
press to zoom
411 - Véore rive gauche
press to zoom
412 - retour étiré
press to zoom
413 - un air automnal
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 27/09/2022

 

- MONTOISON - SERRE DE JUPE (tracé PDF)

 

Dans les Cévennes et en Provence un serre est une crête étroite et allongée entre deux vallées ou deux ravins. Voilà la définition du but de notre randonnée de ce mardi : Serre de Jupe : visible du parking. Et oui, il faut aller là-haut!

D'abord une première route au plat, une petite mise en jambes. Sur notre gauche le quartier Berlion et à partir de là nous comprenons que le plat nous allons le quitter!  une rude montée commence, elle va nous conduire au pied du serre sous la station de pompage. Un petit arrêt "reprise de souffle" et sur notre droite un large sentier forestier sablonneux, en sous bois. Quel agréable parcours en creux et en bosses au milieu des chênes, des résineux, des genévriers et de quelques houx "en boules".

Mais voilà la route d'Upie qui met fin à notre traversée boisée. C'est en file indienne que nous partons sur notre gauche pour trouver la direction du petit hameau des Bâties, bien isolé. Encore un bout de chemin et revoilà le goudron, nous sommes toujours sur la commune de Montoison.

Nous allons en direction du Serre de Jupe mais en réalité nous avons d'abord le Serre Méan; pour y arriver nous aurons un court mais bel effort à fournir. Attention il y a des pierres, des racines mais plus de bavardages ! Et au débouché de ce serre une maison, bien isolée aussi, mais quel point de vue !  et quelle pelouse, entretenue par deux chèvres ...

Nous sommes maintenant en direction du Serre de Jupe. Large chemin bien entretenu aux bordures herbeuses où nous décidons de faire la pause goûter, elle est bien méritée. Mais nous devons repartir, notre but du jour n'est pas atteint, encore quelques efforts et voilà enfin la table d'orientation. Elle obtient un vif succès ! Nous repartons en descente par ce petit sentier rapide mais piégeux, attention les pierres roulent ! Revoilà la station de pompage, la boucle accomplie.

Bel après-midi avec cette marche très diversifiée et très bien balisée.

Nous étions 24, avons parcouru 7,300 km. Denise était notre photographe, Mauricette guide.

 

Mauricette

401 - où sont les garçons.JPG
press to zoom
402 - voilà le sentier.JPG
press to zoom
403 - sur la route de Upie.JPG
press to zoom
404 - là c'est à gauche.JPG
press to zoom
405 - on est bien à Montoison.JPG
press to zoom
406 - fin de la montée.JPG
press to zoom
407 - goûter Serre Méan.JPG
press to zoom
408 - on repart.JPG
press to zoom
409 - vaste plaine.JPG
press to zoom
410 - on y est.JPG
press to zoom
411 - un peu d'orientation.JPG
press to zoom
412 - repérage.JPG
press to zoom
413 - descente périlleuse.JPG
press to zoom
414 - il en manque.JPG
press to zoom
415 - presque tous et toutes.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 20/09/2022

 

- VALENCE MAUBOULE - EPERVIERE/JOUVET/TRINITAIRES/VALENSOLLES  (Tracé PDF)

 

Notre rando du mois la plus facile, la plus plate, la plus citadine, c'était ce mardi ; citadine mais très arborée grâce aux quatre parcs traversés.

Nous partons du quartier Mauboule, proche du Pont des Lônes. Nous cheminons un grand moment sur le sentier "quasiment en forêt", même si le "ronron" de l'autoroute est bien présent. Puis nous voilà au port, aujourd'hui il mérite bien son titre de plus grand port fluvial de France. Nous le contournons pour entrer dans notre premier parc, celui de l'Epervière.

Il a été réaménagé en 2016. Il y a là entre autre un arborétum, un verger comportant 14 espèces de fruitiers, des oliviers. Des sculptures modernes jalonnent le parcours ça et là. Nous côtoyons puis empruntons la Via Rhona où circulent vélos et piétons. Le fleuve est pressé par le Mistral aujourd'hui ; un groupe de cinq oies sauvages file à "basse altitude" vers le sud, vite l'automne arrive !

Nous voilà à la porte du Parc Jouvet (le deuxième). Nous le traversons par le sud, nous ne faisons que passer.   Nous constatons que les canards et les oiseaux en volière sont très peu nombreux ? Nous rejoignons une petite rue qui va nous conduire à l'entrée du parc des Tritinaires (le troisième). A nouveau nous "entrons en campagne" dans une autre belle verdure. De multiples canaux sillonnent et quadrillent ce parc pour se jeter dans l'Epervière. Celle-ci affluent du Rhône prend sa source au parc Jouvet. Elle abrite un écosystème développé sous la forme d'une flore et d'une faune florissantes.

Se profile notre quatrième parc, celui de Valensolles aux immenses platanes. Nous goûtons là près de l'aire de jeux désertée aujourd'hui. Nous nous y attardons un moment.

Nous avons encore deux routes à traverser, bien encadrés par nos deux gilets jaunes. Revoilà le port et un nouveau sentier ralliant Mauboule.

C'était un bel après-midi, d'arbres et d'eau. Nous avons parcouru 7 km.

Jacques était le guide de ce mardi. Denise photographe. Nous étions 21.

Mauricette.

401 - en vue de l'Epervière.JPG
press to zoom
402 - tronc aux curieux champignons.JPG
press to zoom
403 - nous y sommes.JPG
press to zoom
404 - belle allée.JPG
press to zoom
405 - parc Jouvet.JPG
press to zoom
406 - arrêt pour boire.JPG
press to zoom
407 - c'est bien !.JPG
press to zoom
408 - immense platane.JPG
press to zoom
409 - canaux aux Trinitaires.JPG
press to zoom
410 - bassin de distribution.JPG
press to zoom
411 - groupe et verdure.JPG
press to zoom
412 - répartition de l'eau.JPG
press to zoom
413 - avant le goûter.JPG
press to zoom
414 - ombre et soleil.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G4 du 13/09/2022

 

 - CREST - LE TOUR DE LA TOUR-    (Tracé PDF)

 

Ce mardi Michel nous propose : balade en campagne sur les hauteurs de Crest : le tour de la Tour.

Un peu d'histoire : cet ancien donjon (chef d'œuvre architectural) comprend en réalité 3 tours imbriquées. Cette ancienne forteresse, puis prison d'état est un témoin unique de l'époque médiévale et de la vie carcérale. Élément phare du paysage drômois, de 52 mètres de hauteur, 900 ans d'histoire, trois siècles de prison.

Nous partons d'abord sur le goudron, nous sommes au milieu de terres agricoles dont des champs de lavande. Nous prenons un large chemin pierreux montant dans la forêt. Nous arrivons sur un petit plateau, nous le connaissons, c'est le croisement d'un autre parcours connu. Au loin Roche Colombe et les Trois Becs que nous aurons en point de mire sur la quasi totalité du parcours. Et toujours des champs de lavande, la Provence se rapproche !

Et c'est ainsi que de grandes "bosses" en petites descentes nous surplombons la ville de Crest, la tour joue à cache cache à travers les arbres. Nous nous sommes même "égarés" quelques instants en lisière d'un champ qui ressemblait tellement à un autre champ ! un dernier sentier qui débouche sur une MONTEE goudronnée, la dernière, mais elle était .... RUDE. Et puis un petit chemin plat tellement apprécié, et nous voilà à la porte grande ouverte du donjon. Un petit tour s'impose, côté prison semble t'il. Puis les 29 marches obligatoires pour arriver aux tables de pique-nique. Nous nous y installons pour un grand moment.

Nous quittons ce petit sous bois par un sentier escarpé, voilà la route, un dernier effort dans une ultime montée. Au passage nous côtoyons de belles maisons comme "accrochées à la colline" et voila terminée cette rando de seulement 5,300 km mais au dénivelé de 195 m.

Nous avons eu chaud, mais c'était un bel après-midi.

Michel était le guide - Christian le photographe. Nous étions 12 randonneurs.

Mauricette.

401 - en route pour la Tour
press to zoom
402 - voilà le champ de lavande
press to zoom
403 - chemin pierreux
press to zoom
404 - massif
press to zoom
405 - fin du groupe
press to zoom
406 - ornières
press to zoom
407 - toujours en montée
press to zoom
408 - ils sont ennuagés
press to zoom
409 - collines et falaises
press to zoom
410 - Crest
press to zoom
411 - Roche Colombe à droite
press to zoom
412 - crocus automnal
press to zoom
413 - on est perdu
press to zoom
414 - elle est bien là
press to zoom
415 - tiens c'est plat
press to zoom
416 - à la queue leu leu
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 06/09/2022

 

- SUR LE GR/93 - Tracé PDF

 

Et voilà c'est reparti. Après deux mois de repos "très chaleureux" c'est avec plaisir que le G/4 se retrouve ce mardi direction la route du col des Limouches. Nous sommes 17, nous accueillons 3 nouveaux randonneurs.

 

Avant le col une route à gauche nous conduit au point de départ ; c'est par le petit chemin au curieux nom de "l'Anchois" que commence notre périple. Nous apprécions à 1100 m d'altitude les 25° et le bel ombrage, que nous garderons une grande partie du parcours, offert par des hêtres particulièrement imposants. Nous côtoierons de grandes prairies reverdies où ça et là des rosés des prés pointent leurs têtes blanches (une omelette pour ce soir) ?

Ce premier circuit était une mise en bouche. Nous arrivons sur le chemin de traverse bien connu qui conduit sur la route du Col de Tourniol. Nous cheminons là un grand moment. Au loin, face à nous, de hauts massifs où la végétation a déjà pris des allures automnales, les colchiques nous le confirment "c'est la fin de l'été".

A notre gauche voilà le GR 93. Il prend naissance à Peyrus, il franchit les crêtes du Pas du Touet et arrive à Léoncel. Il s'achemine vers le coeur du Vercors qu'il quitte par le Cirque d'Archiane.

La petite portion que allons parcourir de ce GR nous fait traverser à nouveau des sous bois, des prairies, une petite route, des barrières que nous refermons consciencieusement. La faune est discrète, sauf un grand oiseau brun dont nous avons dû troubler la solitude et qui tournoie un moment. Les colchiques, la bruyère, quelques campanules, du serpolet, composaient la flore.

 

Gill était notre guide. Nous avons parcouru 6 km 500 pour 130 m de dénivelé. Christian photographe du jour.

Bel après-midi dans la verdure retrouvée et la bonne humeur.

Mauricette.

401 - départ route des Anchois
press to zoom
402 - agréable sous-bois
press to zoom
403 - les filles en tête
press to zoom
404 - décidées ...
press to zoom
405 - fin de groupe
press to zoom
406 - sérieuses
press to zoom
407 - pas comestibles
press to zoom
408 - demi groupe, vaste prairie
press to zoom
409 - cueillette
press to zoom
410 - groupe sous ombrage
press to zoom
411 - en vert blanc et bleu
press to zoom
412 - c'est la fin de l'été
press to zoom
413 - rochers au Tourniol
press to zoom
414 - ombre et lumière
press to zoom
415 - déjà les feuilles mortes
press to zoom
416 - hêtre multiple
press to zoom
417 - sur le GR 93
press to zoom
418 - ombre et lumière
press to zoom
419 - village de tipis
press to zoom
420 - fourmilière géante
press to zoom
1/1

RANDO G4 du 28/06/2022

 

GIGORS/LOZERON - LE BOIS DES PINS

 

Et voilà que se termine la saison. Nous connaissons cette randonnée dans sa version courte mais ce mardi ce sera la version longue, histoire de prolonger un peu ce bel enthousiasme qui nous a accompagnés tout au long de cette saison, de profiter de la fraîcheur bienvenue grâce au vent, de nous dire au revoir.

Mais revenons au départ, nous sommes à Vautour (altitude 839 m). Nous partons pour la boucle nouvelle par un petit sentier agréable, bordé de genêts, de buis plus ou moins en forme, de grands résineux et surtout nous sommes entourés par une multitude de papillons à la "robe" bleue, zébrée ou pourpre butinant sur les lavandes sauvages en fleurs.

Nous cheminons pendant environ 4 km jusqu'à retrouver le grand chemin initial. Nous sommes en montée un moment. Sur notre gauche un autre sentier (en face le Massif du Vautour) nous entrons dans la version ancienne ;  nous allons y cheminer à l'ombre jusqu'à l'endroit propice pour le goûter. Là nous sommes au cœur de vastes prairies, la fenaison est terminée.

 Un sentier buissonneux, la cabane des chasseurs de Gigors, et nous traversons ce qui devait être autrefois un hameau, des familles ont sans doute vécu ici. Aujourd'hui il ne reste que des ruines aux belles pierres pourtant, quelques volets encore accrochés, des tuiles éparpillées ... A notre gauche le massif de Brunessard (altitude 944 m). Au loin les 3 Becs (tiens, aujourd'hui ils ne sont plus que 2) !

Nous sommes sur un large chemin qui conduit au hameau de Perrache, nous c'est à droite que nous devons aller pour continuer et finir la deuxième boucle. Encore une belle montée et notre dénivelé du jour sera de (260 m). Nous étions 12 randonneurs et on a fait 9,5 Km.

Notre saison est terminée : bel été, bonnes vacances et à bientôt en septembre !

Mauricette.    

Christiane était notre photographe, Mauricette guide.

401 - bien serrer les lacets
press to zoom
402 - départ Bois des Pins
press to zoom
403 - forêt de Gigors
press to zoom
404 - nous y étions
press to zoom
405 - au loin les 3 Becs
press to zoom
406 - lavande
press to zoom
407 - lavande et papillons
press to zoom
408 - on se renseigne
press to zoom
409 - il fait soif
press to zoom
410 - alors combien de km
press to zoom
411 - papotage à l'ombre
press to zoom
412 - plaine et forêt
press to zoom
413 - devinette
press to zoom
414 - chasse de Gigors
press to zoom
415 - belle maison en pierres
press to zoom
1/2

Le 21 juin 2022

 

 

Sortie G4 au restaurant La Tonnelle à Dionay

Beaucoup de calories...peu de distance

 

Les randos ont été annulées  (vigilance orange), mais tout n'était pas perdu pour le G4. Un petit groupe de joyeux drilles a pris la route en fin de matinée, malheureusement sans quelques personnes qui étaient prévues. Nous avons bien pensée en particulier à Mauricette N., en rééducation maintenant, mais elle était bien représentée par son mari... La conversation avec un ancien du club a été fort intéressante pour certains de nos plus récents membres !

Nous avons trouvé une agréable "fraîcheur" (toute relative !) à Dionay (520m) et nous nous sommes régalés en terrasse, servis par une ancienne boulangère de Valence reconvertie dans la restauration. Ensuite, histoire de se dégourdir les jambes, nous avons fait quelques pas à Dionay pour trouver le départ de la rando annulée, mais qui sera remise au menu à la rentrée ! Puis, se trouvant tout à côté, un petit tour à St Antoine l'Abbaye s'imposait pour compléter notre sortie.

401 - Santé !
press to zoom
402 - Vive les vacances
press to zoom
403 - Avec la patronne
press to zoom
404 - ça vient l'entrée
press to zoom
405 - ça discute
press to zoom
406 - Where is Bernard
press to zoom
1/2

Rando  Groupe  4 du 14 juin 2022

 

   Allex – Les Ramières

 

Ce compte-rendu ne ressemblera décidément pas aux autres :

Mauricette ne nous ayant pas accompagnés, j'ai donc été «volontaire» désignée d'office pour faire le compte-rendu... mais je n'ai ni son talent ni ses envolées lyriques.

Ce compte-rendu sera donc différent en ce sens que, à environ 900m du point de départ, l'une des participantes a fait une mauvaise chute. Elle s'est pris le pied dans une souche, tombant sur sa hanche et dans l'incapacité de poser le pied par terre.

Notre guide, Michel, a rapidement pris les choses en main et a appelé les secours. Heureusement, un banc tout proche a pu lui offrir l'ombre bienfaisante d'un arbre à proximité.

Le «sauvetage» a été quelque peu laborieux, les pompiers ayant du enjamber le ballast de la voie ferrée avec un bon dénivelé...

Saucissonnée dans une civière gonflable et escortée par 3 sympathiques pompiers, notre courageuse héroïne du jour a pu rejoindre l'ambulance en contrebas de la voie ferrée.

Nous avons attendu le départ de l'ambulance pour reprendre notre marche.

Nous n'aurons finalement fait qu'environ 5 km ce qui, compte tenu de la très forte chaleur de cet après-midi, n'aura pas été plus mal.

Je viens d'avoir des nouvelles : il s'agit d'une fracture du col du fémur, Elle sera opérée demain.

Tous nos vœux de prompt rétablissement à notre rescapée.

      Denise

401.JPG
press to zoom
402.JPG
press to zoom
403.JPG
press to zoom
1/1

RANDO  du 07/06/2022

- LA ROCHE DE GLUN - VIA RHONA -

 

La Roche de Glun. Le 6 janvier 1968 la mise en eau du barrage de retenue sur le Rhône contraint le fleuve à emprunter à l'est de la commune un canal de 11 km de long et 130 m de large. Cet ancien village de pêcheurs est devenu une île, entourée par le fleuve et le canal.

Nous nous retrouvons 18 marcheurs ce chaud mardi pour cette randonnée de 7,200 km, en grande partie sur la Via Rhôna. Parcours un peu monotone et très ensoleillé ! Attention les vélos sont là ! Aussi c'est avec plaisir que nous allons quitter le bord du canal pour un chemin un peu plus hospitalier qui va nous conduire au plus près du Rhône. Nous allons le traverser par un aller/retour sur un pont piétons pour nous retrouver sur un espace vert où quelques arbres nous promettent un peu de répit.

A propos de ponts à cet endroit en enfilade à l'est :

il y a le pont du chemin de fer (bruyant)

il y a le pont de pierre (abandonné)

il y a le pont de la RN 7,

il y a le pont de l'autoroute .... il y a le choix.

Au retour nous longeons le "déversoir" du contre canal, endroit plus convivial côté fraîcheur. De grosses pierres plates font l'affaire pour un goûter prolongé, nous entendons une belle chorale d'oiseaux invisibles peut-être en répétition pour la fête de la musique !

Nous rentrons par les "faubourgs" pour retrouver la longue ligne droite qui va nous conduire au parking.

Bel et chaud après-midi.

Michel était notre guide et Denise notre photographe.

Mauricette.

401 - canal, groupe, viarhôna.JPG
press to zoom
402 - petite pause.JPG
press to zoom
403 - ombre recherchée.JPG
press to zoom
404 - encore un arrêt.JPG
press to zoom
405 - papotage.JPG
press to zoom
406 - goûter .......JPG
press to zoom
407 - qui se prolonge.JPG
press to zoom
408 - les filles on y va.JPG
press to zoom
409 - c'est reparti.JPG
press to zoom
410 - un peu de verdure.JPG
press to zoom
1/2

Mardi 24 Mai 2022            

 

Saou           Les Douglas       

 

La grosse chaleur de ces derniers jours a sans doute découragée des marcheurs. C’est donc un petit groupe de 10 qui part guidé par Bernadette et Cosimo. Nous allons toujours à Saou mais pour faire une autre rando que celle prévue, plus en sous-bois et bien au frais, agréable même si  la température a bien baissé.

Nous partons du parking des Sables Blancs et traversons la Vèbre à sec aujourd’hui.( la dernière fois  il y avait de l’eau, on avait fait un détour)Le petit sentier serpente dans l’épaisse forêt en suivant la Vèbre. Il fait presque frisquet ! Il nous mène à l’Auberge des Dauphins. Nous arrivons à l’ancien silo où de grands travaux pour agrémenter le parking sont presque finis. Nous prenons la majestueuse allée des cèdres de l’atlas qui arrive à l’Auberge en pleine réfection. Un nouveau bâtiment à l’arrière sera une maison de site : un lieu pour comprendre les rapports qu’entretiennent l’homme et la nature à travers les richesses et l’histoire de cette forêt qui s’étend sur 2355 ha. C’est une réserve  de faune et de flore. On identifie plus de 870 espèces végétales dont 414 espèces protégées ou rares, soit le 1/3 des espèces du département. La proportion est identique pour la faune. Plus de 120 espèces d’oiseaux nicheurs, des marmottes, chamois…etc et même des loups !

Nous nous arrêtons devant l’auberge des Dauphins où Bernadette nous raconte son histoire , l’histoire de la forêt et tout ce que l’on doit à un certain Mr Burrus qui l’achète en 1924. Député du Haut Rhin, riche industriel alsacien (tabacs) il tombe amoureux du lieu et l’organise pour  en faire profiter à tous. Il construit cette auberge sur le modèle du Petit Trianon de Versailles, fait créer un circuit touristique de 27 km avec tables de pique-nique, plante d’innombrables arbres d’espèces peu communes en France à cette époque, exploite le bois, fabrique de la vaisselle avec le sable blanc présent sur place, organise l’agriculture etc…Il crée un véritable village où 130 personnes travaillent pour lui. Il y a les habitations, une école, une chapelle… Après sa mort en 1959 l’auberge est délaissée et se dégrade. La forêt passe de propriétaires en propriétaires. Une banque projette d’en faire une chasse privée donc fermée au public, ce qui décide le département à l’acheter pour continuer à l’ouvrir à tous.

Nous passons ensuite devant la maison des éco-gardes où l’on peut voir les fondations de ce qui fut la villa Tibur (on écoute son histoire), puis nous prenons le chemin qui monte aux 3 Becs. Pas d’affolement… nous ne ferons qu’un bon km pour arriver au lieu dit « Les Douglas ». En effet il y en a de majestueux  tout autour de nous. Ces géants venus des Etats Unis et plantés par Mr Burrus atteignent 30 à50m de haut  (70 à 100m aux EU) et ont une longévité de 500 à 1000 ans ! Avant de prendre la descente du retour nous empruntons le sentier en escaliers qui mène au « Camp de l’Eternel » où pendant les guerres de religion  les protestants  de la région  venaient se réfugier. Dans la descente nous bifurquons vers le sentier qui monte aux « Clos » sans le prendre. Là une vaste prairie ensoleillée nous accueille dans la verdure pour le goûter. Nous entrons ensuite dans une profonde forêt sombre pour arriver au « Pont en béton » où une roue à aube attend de l’eau pour tourner. Nous passons au bassin d’agrément de la villa Tibur et longeons l’immense prairie devant l’auberge où de nombreuses tables de pique-nique ont été restaurées. Un joli pont nous permet de retourner en forêt et de rejoindre le sentier du départ le long de la Vèbre. Quelques gouttes tombent sur les arbres, mais pas de quoi mouiller le sol. Quelques uns par précaution sortent le kway mais nous arrivons aux voitures sans se mouiller.

Une balade bien au frais dans un paysage grandiose, une forêt dont l’histoire tumultueuse devient sereine aujourd’hui.

 

Photos Denise et Bernadette

Bernadette

401  c'est parti d'un bon pas   .JPG
press to zoom
402  on chemine   .JPG
press to zoom
403  on écoute attentivement   .JPG
press to zoom
404  l'Auberge et la Maison de site   .JPG
press to zoom
405  vue de l'intérieur   .JPG
press to zoom
406  Nicole prend le groupe    .JPG
press to zoom
407  géranium sauvage  .JPG
press to zoom
408  devant la source    .JPG
press to zoom
409  ça discute    .JPG
press to zoom
410  aux Douglas    .JPG
press to zoom
411  montée au Camp de l'éternel    .JPG
press to zoom
412  site des Huguenots    .JPG
press to zoom
413  au site   .JPG
press to zoom
414  retour aux Douglas    .JPG
press to zoom
415  le gouter   .JPG
press to zoom
416  dans la clairière   .JPG
press to zoom
417  au Pont en béton   .JPG
press to zoom
418  bassin de la villa Tibur   .JPG
press to zoom
419  les tables restaurées.JPG
press to zoom
420  Petit pont sur la Vèbre   .JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 10/05/2022

- AUTICHAMP - LA MONTAGNE.

Autichamp (Alticampus) - Les Hauts Champs. A la Renaissance les marquis du village font construire de luxueux jardins suspendus soutenus par des murs en voûte ; ils sont alimentés par un système d'irrigation amenant l'eau depuis les sources du village. Aujourd'hui ces jardins sont joliment entretenus : légumes, fleurs, oliviers entre autre.

Nous partons du bas du village pour cette belle randonnée, délaissée depuis quelques années. Une descente pour commencer qui nous conduit sur le pont roman enjambant le ruisseau de la Grenette. Une petite montée, une route à traverser et nous voilà en sous-bois dans le massif de La Montagne.

Nous aurons le plus souvent de larges chemins, non pierreux, à l'ombre (appréciée), quelques sentiers fleuris, d'aphyllantes de Montpellier, de mélittes, d'épervières des murs et encore beaucoup d'orchidées ; nos randonneuses botanistes sont à l'œuvre ! Dans ce massif forestier beaucoup de surfaces déboisées, dans quel but ? Puis dans une prairie un élevage de poules "encadrés" par deux patous débonnaires, sur ce même terrain un mobil home semble faire office de couveuse, curieux ! Plus loin les ruines d'une maison dont un pan de mur montre un fronton bien conservé et surprenant. Il y a des choses bizarres ici !!

Voilà un croisement de sentiers, nous sommes aux Jouvets à 450 m d'altitude. Une dernière montée et nous arrivons à l'endroit habituel du goûter, cette grande croix en pleine nature au pied de laquelle nous nous installons. Un sentier pierreux cette fois et nous retrouvons notre chemin en sens inverse, le pont roman, et perché face à nous Autichamp, quel beau tableau !

Et la dernière difficulté se précise, cette descente "si facile" et bien il nous faut la remonter : elle est raide, il fait chaud, il y a des galets sous nos pieds, mais ouf ! à la queue leu leu nous en voyons le bout, accueillis par le parfum des sureaux et des acacias en fleurs. Un petit détour par la Calade de la Porte de France pour admirer les deux si belles grottes/lavoirs, construits au pied du rocher, tapissés de plantes aquatiques, où l'eau est tellement limpide. Magnifiques.

C'était un bel après-midi fait de plein de curiosités. Nous étions 18, avons parcouru 7 km pour 180 m de dénivelé, Michel était notre guide et Denise notre photographe.

Mauricette.

401 - on va tourner à droite.JPG
press to zoom
402 - belle verdure.JPG
press to zoom
403 - vive l'ombre.JPG
press to zoom
404 - descente gare au retour.JPG
press to zoom
405 - Roche Colombe émerge.JPG
press to zoom
406 - 8 au pont roman +.JPG
press to zoom
407 - 7 au pont roman.JPG
press to zoom
408 - Autichamp perché.JPG
press to zoom
409 - en vert et jaune.JPG
press to zoom
410 - poulailler particulier.JPG
press to zoom
411 - ancien hameau.JPG
press to zoom
412 - travaux en cours.JPG
press to zoom
413 - belle façade.JPG
press to zoom
414 - goûter bienvenu.JPG
press to zoom
415 - qui se prolonge.JPG
press to zoom
416 - point de vue.JPG
press to zoom
417 - on ira plus tard.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 du 03 MAI 2022

- VAUNAVEYS-LA-ROCHETTE - Les OULLIERES - MAISON DES CHASSEURS.

 

Vaunaveys, Vaunaveys-la-Rochette depuis 1972. Quel beau village perché installé derrière ses remparts au pied des Monts du Matin. Petit par sa taille mais riche de ruelles, impasses, calades : rue de la Grande Porte, du Lavoir, du Four à Chaux, Voysinale, passage de la Bergère. Nous partons par la montée des Buis pour prendre sur notre gauche le chemin de la Déserte qui va nous faire traverser le massif forestier de Costadon.

Nous sommes en sous-bois pour cette première partie, le sentier s'étire dans cette belle forêt faite surtout de chênes et de résineux. Petites montées et descentes se succèdent dans cet environnement tellement verdoyant. Puis c'est une vaste prairie clôturée que nous côtoyons, nous nous attendons à voir des animaux en pâture, le lieu s'y prête, mais non pas aujourd'hui. Un petit ruisseau descend entre les fourrés, il doit partir en bas du village, nous le reverrons.

Une "éclaircie" au fond du sentier, au loin Roche Colombe et les Trois-Becs, le massif forestier se poursuit à notre gauche. En contrebas le quartier des Oullières ; nous allons dans cette direction. Arrivés au kiosque de la maison des chasseurs nous nous accordons un moment de détente. En face nous attend une belle montée. Le chemin est large, il longe le moto cross crestois, il va nous conduire à une croisée de sentiers ; c'est celui de droite que nous prenons, enfin nous sommes en descente ; après un arrêt goûter nous repartons pour notre dernière ligne droite, le village apparaît il nous semble bien haut !  Voilà un petit pont, en dessous est-ce le Pétochin ? il prend sa source par ici. Dernière difficulté, la courte mais rude montée du "chemin de Crest". Voilà la Porte du Sud, le lavoir où la photo du groupe est obligatoire.

Nous retiendrons de cette randonnée l'exceptionnel fleurissement de nos sentiers : des orchidées blanches et mauves en quantité, des astragales de Montpellier, de la cytise, du genêt et tellement d'autres. En descendant au parking encore une dernière : de la sauge de Jérusalem.

Bel après-midi tellement vert ! Nous étions 17. Merci à Fabienne pour cette belle rando et à Denise photographe. Nous avons parcouru 7,7 km, pour un dénivelé de 150 m.

Mauricette.

R, pour un dénivelé de 150 m.

Mauricette.

401 - sous les remparts.JPG
press to zoom
402 - fleuri et verdoyant.JPG
press to zoom
403 - belle nature.JPG
press to zoom
404 - bien alignés.JPG
press to zoom
405 - Roche Colombe.JPG
press to zoom
406 - site moto cross.JPG
press to zoom
407 - attention pierreux.JPG
press to zoom
408 - dernière descente.JPG
press to zoom
409 - goûter.JPG
press to zoom
410 - tableau campagnard.JPG
press to zoom
411 - grande famille.JPG
press to zoom
412 - village vert perché.JPG
press to zoom
413 - lavoir.JPG
press to zoom
414 - on double.JPG
press to zoom
415 - chemin des Buis.JPG
press to zoom
416 - les dernières.JPG
press to zoom
417 - tour d'angle.JPG
press to zoom
418 - sauge de Jérusalem.JPG
press to zoom
419 - c'est reparti.JPG
press to zoom
1/1

RANDO - G4 du 26/04/2022

- GRANGES LES VALENCE - LA MURE -

 

Nous sommes 19 pour cette randonnée de 10 km de Granges les Valence à Cornas. Nous ne cheminons pas en bordure du fleuve mais sur un large chemin un peu à l'écart ; nous l'apercevons de temps à autre par quelques trouées. Au départ nous sommes en face de l'Île aux Lapins.

Nous entrons dans un univers de verdure, de chants d'oiseaux et d'innombrables arbres aux essences variées. Il y aura des sureaux et des acacias en fleurs, des peupliers noirs qui "floconnent" autour de nous, des saules et tellement d'autres inconnus dont un aux écorces différentes entre bas et haut et bizarrement un figuier et un laurier sauce : travail du vent ou des oiseaux ? Aux endroits sans arbres de la renouée de Sacaline (information d'une randonneuse). Et dans toute cette végétation les chants d'oiseaux ; certains ont reconnu le merle, la fauvette.

Ce mardi de vacances nous avons dû partager notre chemin avec les cyclistes, ils étaient là qui en famille, qui en duo, qui isolés, pressés et sans sonnette ; alors "attention vélo" a été le leitmotiv du jour. Nous arrivons à La Mure, le but de ce mardi. Bel endroit bien emménagé.

Mais notre guide nous réserve une petite surprise, il nous faut continuer et sur la route de Tournon un peu à l'écart nous découvrons, pour la plupart d'entre nous, un espace vert où se dressent une haute statue de Saint Christophe et la petite chapelle romane de La Mure. Cette chapelle aurait été bâtie à la suite du vœu de deux bateliers naviguant sur le Rhône et en grand péril d'être noyés. Ils auraient fait promesse d'élever cette chapelle si la Vierge les sauvait. Bel endroit, photos obligées.

Nous prenons notre temps pour le goûter, des pâtisseries nous sont proposées par deux sympathiques randonneuses. Notre retour s'effectue par un chemin un peu différent. C'était un bel après-midi pleine nature aux portes de la ville.

Jacques était notre guide, Denise notre photographe.

Mauricette.

401 - 19 partants.JPG
press to zoom
402 - dans la verdure.JPG
press to zoom
403 - danger à 5m.JPG
press to zoom
404 - arbre nid.JPG
press to zoom
405 - il est grand.JPG
press to zoom
406 - petit arrêt.JPG
press to zoom
407 - à la Mure.JPG
press to zoom
408 - ND de la Mure.JPG
press to zoom
409 - chapelle romane.JPG
press to zoom
410 - sur le parvis.JPG
press to zoom
411 - St Christophe le groupe.JPG
press to zoom
412 - de plus prés.JPG
press to zoom
413 - lire au bras du fleuve.JPG
press to zoom
414 - bain de soleil.JPG
press to zoom
415 - glycine sauvage.JPG
press to zoom
1/2

RANDO G4 du 19/04/2022

- ST VINCENT LA COMMANDERIE -

 

Saint-Vincent La Commanderie un village chargé d'histoire et de légendes.

Une commanderie templière : un ensemble de bâtiments tenant à la fois du monastère et de la ferme de rapport pour soutenir l'action des chevaliers du temple en Terre Sainte.

On dit qu'au 12ème siècle s'élevait au sud du village le château des templiers qui aurait disparu dans des conditions mystérieuses ! Et pour rajouter au mystère, Mélusine venait paraît il en visite dans ce château !! depuis Montélier ... Mais trêve de légende ! Nous partons par le chemin des Planayses pour une belle randonnée de 6 km, que nous connaissions déjà mais que Gill a modifiée pour nous faire connaître des sentiers plus pentus ... il y avait le choix.

Le renouveau est bien là, le coucou nous l'a même confirmé. Partout c'est une explosion de bourgeons, de feuilles et de fleurs, presque toutes jaunes d'ailleurs en tapis ou en arbustes. Chemin faisant nous verrons le Gros Pin (pas au mieux de sa forme) carrefour de sentiers, les curieux rochers de "la momie" qui nous semblent tout proches, le Tourniol, la petite source du Guimand où nous faisons un arrêt, son eau est claire, elle file dans les roseaux.

Puis voilà un petit sentier ombragé, agréable et apprécié car il fait chaud, il va nous conduire à la croix de Saint Vincent (altitude 571 m). En fait c'est trois randonneurs qui vont au pied de cette croix, le sentier y menant est un peu "aventureux". Nous nous retrouvons pour la pause goûter. Le point de vue est exceptionnel, un peu brumeux côté Ardèche. Voilà Charpey sur sa colline, Saint Vincent tout en bas. A l'est Côte Rotte aux escarpements impressionnants. Le retour se fait par des chemins différents, souvent pierreux, des racines aussi, attention !

Nous avons parcouru 6 km pour 180 m de dénivelé. Nous étions 8, les mamies sont bien occupées pendant les vacances. Bel après-midi tout en couleur. Gill était notre guide, Christiane notre photographe.

Mauricette.

401 - bien lacer .....
press to zoom
420 - groupe au pic St Vincent
press to zoom
418 - le but
press to zoom
419 - goûter
press to zoom
417 - falaise de Côte Rotte
press to zoom
416 - chaîne de la momie
press to zoom
415 - chaud .....
press to zoom
414 - le Guimand
press to zoom
413 - au milieu caché ...
press to zoom
412 - roselière
press to zoom
411 - tout de jaune vêtu
press to zoom
410 - ttes directions
press to zoom
409 - planayses 580 m
press to zoom
408 - boire un peu
press to zoom
407 - arrêt 1er
press to zoom
406 - chaude la montée
press to zoom
405 - tapis jaune
press to zoom
403 - départ
press to zoom
404 - oui c'est par là
press to zoom
402 - ses chaussures
press to zoom
1/1

Mardi 12 avril 2022   

  

Saôu      les anciennes fermes

 

Ciel uniformément gris, mais douceur avec fort vent du sud à Malissard. Cosimo et Bernadette emmènent   un groupe sympa de 18 marcheurs pour découvrir le circuit des anciennes fermes dans la forêt de Saôu. A l’arrivée bonne surprise : il n’y a pas de vent ! …et mauvaise surprise la Vèbre n’est pas à sec  comme la plupart du temps , elle est gonflée par la fonte des neiges récentes aux 3 Becs. Nous ne pouvons donc pas la traverser à gué et faire un petit circuit supplémentaire prévu  au départ.

Nous traversons donc la route (ce sera le seul goudron du jour) On se  dirige vers le synclinal de Roche Colombe par un beau chemin à plat qui longe la forêt de la Prade au bord de vastes prairies. Puis on rentre en forêt. Nous allons jusqu’au Pont d’Horta où la montée s’annonce dans de grands pins hauts et droits. Le chemin-sentier est bordé de primevères en fin de floraison. Nous rejoignons l’ancien chemin qui desservait autrefois des fermes. Il serpente à mi-pente, en légère montée, puis presqu’à plat, en direction des 3 Becs. Attention ! ne pas marcher sur les rubans de chenilles processionnaires que nous observons. Des clairières nous offrent de superbes points de vue sur le Grand Pomerolle que nous admirons longuement. Nous sommes  sur le versant sud (l’adret) du synclinal. Quelques rayons de soleil nous accompagnent et il fait  très doux  même chaud . Le chemin se transforme en sentier pour atteindre la première  ancienne ferme : la ferme Chauvet aux ruines assez imposantes. Continuant notre sentier on découvre ensuite la ferme Fuoc. Les ruines ont été dégagées de la végétation et nous admirons les restes de ces bâtiments qui ont été importants. Nous faisons ici la halte goûter et la photo de groupe. Devant nous beaucoup de cèdres immenses qui ont été plantés ici par Mr Burus, ainsi que d’autres essences rares à l’époque, ce magnat du tabac  achète la forêt au début du 20ème siècle et la transforme, mais c’est une autre histoire que nous découvrirons au cours d’une autre randonnée. Le lieu est agréable mais il faut repartir… pour atteindre la 3ème ferme : la ferme Raillon au bord du chemin des muletiers qui mène aux 3 Becs. Nous continuons un peu sur ce chemin jusqu’à l’embranchement du difficile sentier qui monte à la chapelle St Médard. Mais on ne se trompe pas, on prend en face les escaliers qui débutent  le sentier qui redescend à notre point de départ en passant devant la 4ème ferme du jour : la ferme Pézillet un peu moins imposante que les trois autres. Le parking est en vue.

Tout le groupe est ravi  de cette belle nature qui nous est offerte. A bientôt, dès le mois prochain, dans le même coin pour découvrir d’autres facettes de la forêt de Saôu.

Merci aux photographes Denise et Bernadette.

Bernadette

401  c'est parti  .JPG
press to zoom
402  le long des prairies  .JPG
press to zoom
403  de belles allumettes    .JPG
press to zoom
404  une belle pinède     .JPG
press to zoom
405  petit arrêt  .JPG
press to zoom
406  un explorateur dans la ferme Chauvet    .JPG
press to zoom
407  l'ancienne ferme Chauvet    .JPG
press to zoom
408  éboulis      .JPG
press to zoom
409  un amadouvier   .JPG
press to zoom
410  a la ferme Fuoc    .JPG
press to zoom
411  le groupe avec Bernadette.JPG
press to zoom
412  le groupe avec Denise     .JPG
press to zoom
413  arrêt goûter     .JPG
press to zoom
414  côté de la ferme Fuoc     .JPG
press to zoom
415  le goûter   .JPG
press to zoom
416  la ferme Raillon       .JPG
press to zoom
417  les blagues à Michel       .JPG
press to zoom
418  petits escaliers    .JPG
press to zoom
419  ruines de la ferme Pézillet   .JPG
press to zoom
420  fin de la rando      .JPG
press to zoom
1/1

RANDO du 05 AVRIL 2022

 

- LES BORDS DE LA VEORE - MALISSARD/BEAUMONT.

 

Randonnée de proximité ce mardi. C'est du village que nous partons. Suzanne est notre guide. Nous sommes 21 et avons parcouru 8 km.

Les chemins de Gaillard, des Séquoias, des Gagnages, de Reboulet, de la Buzatte et du"PréVert", tous ces quartiers que nous connaissons sans forcément les situer, nous les avons aujourd'hui parcourus. Au départ, sur un petit pont de bois, nous avons enjambé le ruisseau Béal Crapaud. Un béal est un étroit canal acheminant de l'eau. C'est ce qu'on appelle un "régionalisme". Ce terme n'est employé que dans le sud-est de la France. Mais nous n'avons pas vu le crapaud !

Après notre route obligée sur le goudron, c'est avec plaisir que nous trouvons la Véore et sa rive malissardoise herbeuse. Endroit toujours aussi agréable, les arbres commencent à être "en feuilles", par contre le niveau de l'eau est plutôt faible pour la saison. Sur notre droite l'immense jardin maraîcher en pleine activité printanière.

Arrive un carrefour, un petit sentier descend au plus près de l'eau où quelques cailloux plats intéressent notre guide (chefs d'œuvre en devenir). A droite un raccourci où se dirigent quelques randonneuses. Tout droit pour le reste du groupe. Nous côtoyons un moment la route de Beaumont, puis nous longeons un ruisseau et arrivons quartier Reboulet où nous sommes attendus. Notre habituel coin goûter n'étant plus praticable nous poursuivons notre route pour nous retrouver à l'endroit où notre Béal Crapaud "saute" la route pour aller se jeter dans la Véore ; nous allons le remonter par un chemin buissonnier avant de tourner sur un ponceau où une belle herbe verte nous attendait pour la pause.

Retour au village, nous nous disons au revoir sans passer par la case parking.

Bel après-midi malissardois. Denise photographe.

Mauricette.

401 - départ sous ciel bleu.JPG
press to zoom
402 - route des Séquoias.JPG
press to zoom
403 - large berge Véore.JPG
press to zoom
404 - serre file Véore.JPG
press to zoom
405 - Reboulet -.JPG
press to zoom
406 - goûter verdure ....JPG
press to zoom
407 - qui se prolonge.JPG
press to zoom
408 - farniente.JPG
press to zoom
409 - sièges improvisés.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G/4 - du 29/03/2022

- CHATEAUDOUBLE - La Vierge de Peyrus -

 

Juché sur un étroit plateau Chateaudouble (Chastel Double) les pieds en vallée du Rhône, la tête dans le Vercors, tient son nom de deux châteaux  : le château du haut (château Rompu du 11ème) dont il ne reste que les pans de mur effondrés, et le château du bas, propriété privée.

Place de la fontaine nous partons par un petit sentier un peu caché, dont le départ peut passer inaperçu. Nous nous retrouvons sur les hauteurs du village. Ce sentier va devenir chemin, il débouchera sur la route de Peyrus.

Avant cela nous allons traverser un endroit bien sympathique, sans doute aménagé par et pour des enfants. Voilà un ruisseau formant un petit lac et sur sa berge la plus large une cabane en bois avec terrasse, un intérieur aménagé et sur une petite table  une "boîte à idées" nous invitant à laisser un message ; c'est chose faite. Belles initiatives.

Le printemps est vraiment installé, que ce soit dans la campagne ou dans les jardins ; c'est une explosion de fleurs et de couleurs. Nous avons même vu une "colline" de primevères. Nous nous arrêtons un moment devant le portail du "château du bas" bien silencieux. Puis c'est Peyrus centre en travaux, gros engins et poussière, que nous allons quitter rapidement. Toutefois nous faisons une petite halte devant son église construite sous Louis XIV.

Voilà la Lierne et sa cascade, la route à traverser et le chemin de Chabrette, en escaliers au début, et en montée. Nous arrivons à la statue de Notre Dame du Vœu, un endroit bien connu du G4. Nous cheminons, en sous bois, jusqu'à rejoindre la route de Saint Vincent (où nous serons le mois prochain). Un arrêt goûter et nous regagnons Peyrus par le bas du village, direction Chateaudouble.

Bel après-midi coloré. Jacques était le guide de cette nouvelle randonnée de 7,6 km, au dénivelé de 130 m, nous étions 21. Denise photographe.

Mauricette

401 - Bernadette explique.JPG
press to zoom
402 - ça grimpe.JPG
press to zoom
403 - 2 par 2.JPG
press to zoom
404 - large chemin.JPG
press to zoom
405 - 21 randonneurs.JPG
press to zoom
406 - cabane.JPG
press to zoom
407 - terrasse détente.JPG
press to zoom
408 - route de Peyrus.JPG
press to zoom
409 - château du bas.JPG
press to zoom
410 - mur d'enceinte.JPG
press to zoom
411 - un peu de lecture.JPG
press to zoom
412 - 1 seul banc.JPG
press to zoom
413 - tous ensemble, tous.JPG
press to zoom
414 - 3h22 à Peyrus.JPG
press to zoom
415 - belle façade.JPG
press to zoom
416 - Bonaparte était là.JPG
press to zoom
417 - 1 arrêt pour la vue.JPG
press to zoom
418 - à la Vierge du voeu.JPG
press to zoom
419 - séparer le grain de l'ivraie.JPG
press to zoom
420 - clocher et rosace.JPG
press to zoom
1/1

RANDO G 4 - 22/03/2022.

CHARPEY - LES BORDS DU GUIMAND -

 

 

 Le parking centre village de Charpey étant indisponible c'est du hameau de Saint Didier que nous partons ; notre balade n'en sera pas modifiée, elle débutera environ en son point milieu.

La Barberolle, la Boisse et le Guimand les trois ruisseaux qui traversent Charpey de soleil en soleil disaient les anciens. Aujourd'hui c'est le Guimand qui nous intéresse, nous partons à sa rencontre. Une belle rencontre fleurie ; après la fête à la violette, ce mardi c'était la fête à la pervenche. La rive gauche à l'ombre nous a offert de beaux tapis mauve.

Nous partons donc sur le pont du Guimand bien sûr, laissant derrière nous l'église du 12ème et le golf de Valence/Saint Didier. Première petite montée, un coin de pelouse et une photo de groupe autour de la petite statue de la Vierge (nous ne dérogeons pas aux habitudes). Puis voilà un nouveau hameau, autrefois sans doute  terres agricoles, devenu quartier résidentiel. Belles demeures au large point de vue sur la chaîne du Vercors et sur Charpey et son promontoire. Nous abordons un chemin plus campagnard. Nous verrons un grand parc où broutent de nombreux chevaux, puis c'est par un sentier forestier que nous arrivons sur la route qui va nous conduire, en montée au cœur du village où nous ne ferons que passer. Il nous faut maintenant retrouver notre ruisseau.

Nous l'aborderons par sa rive gauche. Avant cela nous verrons une belle colonie de moutons marron désherber les abords d'un plan d'eau. Cette rive gauche nous oblige à éviter quelques racines piégeuses, attention l'eau est proche !  Voilà un endroit propice au goûter, nous y partagerons quelques tablettes de chocolat, les randonneuses ont toujours quelques surprises. Un nouveau pont se précise, il va nous conduire sur la rive droite, ici le lit est plus encaissé et sur la large berge ont été plantées de nombreuses boutures d'arbustes bien protégées ; un beau travail. Puis une ferme, dans sa cour, brebis, chevaux, volaille, etc. Nous avons fait le plein d'animaux aujourd'hui. Ne manquaient que les oies !!

Puis nous passons devant cette si belle petite école où lors de nos précédentes randos nous avions entendu les enfants ; aujourd'hui restent les dessins sur les murs, les marquages au sol de la cour, une chaise abandonnée, mais aucune voix d'enfants !

Bel après-midi de début de printemps. Nous étions 21. Avons parcouru 7,800 km. Denise photographe, Mauricette guide.

 

Mauricette.

401 - groupe bien encadré.JPG
press to zoom
402 - joyeux G4.JPG
press to zoom
403 - devant la statue.JPG
press to zoom
404 - vaste point de vue.JPG
press to zoom
405 - en sous-bois.JPG
press to zoom
406 - fin de groupe.JPG
press to zoom
407 - encore.JPG
press to zoom
408 - plaine montagne ciel bleu.JPG
press to zoom
409 - fin de sentier.JPG
press to zoom
410 - moutons marron.JPG
press to zoom
411 - partis rive gauche.JPG
press to zoom
412 - pervenches.JPG
press to zoom
413 - pont Guimand.JPG
press to zoom
414 - brebis, agneaux.JPG
press to zoom
415 - et patou.JPG
press to zoom
1/1

Mardi 15 Mars 2022   

 

L’ile de Blaud     par Soyons

 

Le secteur de l’île de Blaud est composé de quelques fragments de galerie forestière favorable aux oiseaux nicheurs, d’un contre canal et d’une lône centrale.

 

Une lône est un bras secondaire du Rhône dont le cours s’est déplacé, elle ne communique avec le fleuve qu’au moment des crues. L’appellation lône ne s’applique qu’au Rhône et à quelques uns de ses affluents. Ce réseau aquatique abrite une population de tortues, castors, martins-pêcheurs et des variétés rares de libellules.

Nous partons de Soyons, objectif le pont des Lônes et retour. Le fleuve est agité, il est parcouru de vagues, le vent de sud le malmène. Nous cheminons sur un large chemin facile, aux abords bien entretenus, plantés d’arbres nouveaux : saules, peupliers noirs entre autres, sur un muret-digue côté fleuve une « compagnie » de canards, ils attendent ! Petit à petit se profile notre pont. Nous allons rester un grand moment à regarder les peintures sous ses arches. Beaucoup de couleurs, d’imagination, beau travail ! Puis l’heure du goûter approchant, c’est là à l’amorce du sentier retour que nous nous installons pour un moment.

Toujours en bordure de la lône, du contre canal ? nous repartons. Nous croiserons les chemins du Ruisseau, des Acacias, de Guérimbet , et des familles de cygnes ; nous dérangerons même un couple sur un passage au plus près de l’eau, ils ne paraissent pas très contents et nous le disent. Dans une sorte de anse du fleuve toujours des cygnes et sur du bois flottant, plus au large, des cormorans. Faune pas très variée mais abondante.

Soyons se précise, au loin la tour où nous devrions randonner un de ces mardis …

Nous avons parcouru 8,6km, Cosimo était le guide de 22 randonneurs.

Photographes : Denise, Michèle et Bernadette

Mauricette

401  descente vers la passerelle  .JPG
press to zoom
402  remontée sur les berges .JPG
press to zoom
403  au bord du Rhone   .JPG
press to zoom
404  dans le vent   .JPG
press to zoom
405  belle vue   .JPG
press to zoom
406  bien groupés  .JPG
press to zoom
407  le pont des Lones   .JPG
press to zoom
408  ici on est à l'abri   .JPG
press to zoom
409  entre lone et Rhone  .JPG
press to zoom
410  street art  .JPG
press to zoom
411  sous les arches   .JPG
press to zoom
412  arret gouter    .JPG
press to zoom
413  ça discute    .JPG
press to zoom
414  la lone de Blaud   .JPG
press to zoom
415  petite halte  .JPG
press to zoom
416  Bernadette explique       .JPG
press to zoom
417  le végétal local   .JPG
press to zoom
418  le parc à boutures   .JPG
press to zoom
419  un beau couple   .JPG
press to zoom
420  de beaux cygnes   .JPG
press to zoom
1/1

RANDO G4 - 08/03/2022

- LIVRON - CONFLUENCE DE LA DROME -

 

Nous partons dans cette vaste plaine de Livron cernée par Rhône, Drôme et autoroute, pour une boucle de 8,200 km. Nous sommes au milieu des champs de fruitiers à la floraison encore timide.

Des groupes "d'échange" se forment. Que de choses à se dire d'un mardi à l'autre ! Par le chemin des Buis nous approchons de la digue surplombant la rivière, voilà un petit sentier agréable que nous prenons, nous sommes en pleine nature au milieu de grands arbres toujours dénudés ; par contre quelques arbustes nous offrent leur floraison jaune. Agréable parcours qui va nous conduire jusqu'à la "passe à poissons" constituée entre autre d'une retenue d'eau bruyante et bouillonnante et d'une interdiction de se baigner !!

Nous retrouvons notre coin aménagé pour le goûter entouré de panneaux explicatifs. Nous apprenons que notre rivière de 110 km prend sa source à la Bâtie des Fonds au col de Carabès dans le Diois à 1262 m d'altitude. Nous repartons pour nous retrouver sur une nouvelle digue d'où nous apercevons quelques couples de cygnes rive gauche, la seule faune de ce jour.

Nous arrivons au pont piétons enjambant la rivière, et depuis ce pont nous sommes au plus près de la confluence. Et là comme le dit la chanson "l'eau vive au large s'en est allée". La Drôme part épouser le Rhône ! Ses rives s'arrêtent là. Nous nous attardons un moment imaginant la rencontre ! Une leçon de géographie.

Nous repartons sur une nouvelle digue (la troisième) remontant le fleuve rive gauche jusqu'au parking.

Bel après-midi avec cette randonnée enrichissante, nouvelle pour beaucoup d'entre nous. Nous étions 24.

Michel était notre guide, Denise notre photographe.

Mauricette

401 - 2 en marche arrière.JPG
press to zoom
402 - moutons, oies et.JPG
press to zoom
403 - chevaux.JPG
press to zoom
404 - abricots à venir.JPG
press to zoom
405 - courtois ce chemin.JPG
press to zoom
406 - amorce digue 1.JPG
press to zoom
407 - encore pas de feuilles.JPG
press to zoom
408 - Drôme, bancs de gravier.JPG
press to zoom
409 - géographie de la Drôme.JPG
press to zoom
410 - ça bouillonne.JPG
press to zoom
411 - à lire .....JPG
press to zoom
412 - ... encore.JPG
press to zoom
413 - emplacement goûter.JPG
press to zoom
414 - rencontre.JPG
press to zoom
415 -  confluence.JPG
press to zoom
416 - pont piétons.JPG
press to zoom
417 - on y était.JPG
press to zoom
418 - digue 3.JPG
press to zoom
419 - gare si l'eau arrive là.JPG
press to zoom
420 - et une de plus.JPG
press to zoom
1/1

RANDO du 01/03/2022

 - LA BEAUME DES BOIS - SAINT PERAY -

 

Ce mardi c'est la fête à la violette ; les ambassadrices du printemps sont là, en couleurs variées et en abondance. Un premier papillon est même venu faire avec nous un peu de chemin.

Mais revenons au départ. Nous traversons de bout en bout l'immense parc de Chavaran à Saint-Péray. De temps à autre nous longeons le Mialan, son niveau nous semble bien bas. Toutefois il a l'air de convenir à quelques familles canards, c'est la saison de se chercher un habitat.

Tout au bout du parc sur notre gauche voilà la route à traverser pour trouver la montée en direction des Carrières Romaines, pour nous ce sera le Chemin des Champs. Avant nous allons côtoyer une vigne où agneaux et brebis ont l'air de travailler à son entretien. A partir de là commence à s'installer un beau point de vue. Encore une fois à gauche et voilà le sentier de la Beaume des Bois, un vrai sentier comme on les aime ! Tout d'abord au milieu des chênes verts, où nous longeons une longue truffière bien protégée, puis dans des essences diverses dont un vieux chêne signalant une croisée de chemins.

Et c'est ainsi que de sentes à droite ou à gauche, de racines piégeuses en pierres qui roulent, de vélos tout terrain, de randonneurs pressés (signalés par notre randonneuse qui assure le "sécuritaire") nous débouchons sur le vaste point de vue de Crussol/Saint Péray. Nous allons goûter sur les gradins du théâtre de verdure (nous avons de la place). Voilà la descente devant le château de Beauregard, puis par un étroit chemin, presque caché, insolite, qui semble appartenir au Saint Péray ancien mais que notre guide connaît bien.

Bel après-midi varié et chaleureux.

Nous étions 15 randonneurs, avons parcouru 8 km. Fabienne guide du jour. Denise photographe.

 

Mauricette.

401 - Top départ.JPG
press to zoom
402 - croisement.JPG
press to zoom
403 - falaises.JPG
press to zoom
404 - Michel explique.JPG
press to zoom
405 - entretien des vignes.JPG
press to zoom
406 - sentier de la Beaume.JPG
press to zoom
407 - même sentier.JPG
press to zoom
408 - carrefour explicatif.JPG
press to zoom
409 - belle vue.JPG
press to zoom
410 - attentif le groupe.JPG
press to zoom
411 - petite montée.JPG
press to zoom
412 - large point de vue.JPG
press to zoom
413 - habitant au 12°.JPG
press to zoom
414 - goûter N°1.JPG
press to zoom
415 - goûter N°2.JPG
press to zoom
416 - circule papillote.JPG
press to zoom
417 - les dernières.JPG
press to zoom
418 - il est bien là.JPG
press to zoom
419 - retour.JPG
press to zoom
420 - l'ombre arrive.JPG
press to zoom
1/1