top of page

Mardi 28 novembre 2023

 

 Chatuzange le Goubet

 

Il fallait être courageux, bien motivés et optimistes pour partir ce mardi à Chatuzange le Goubet. Nous étions cependant 23 au parking de départ !

C’est une rando sans autre prétention que de se dégourdir les jambes, faire notre sport du mardi (il parait que c’est bon pour la santé) et respirer le bon air de la campagne de Chatu ! 13,5km et 230m de dénivelé !

Sans oublier les vues dégagées sur le Vercors et la plaine de Romans, les chevaux et les daims noirs rencontrés lors de cette sortie. Même pas une goutte de pluie, on a bien fait d’y aller !

Christiane

Mardi 21 novembre 2023

ARRAS sur Rhône

 

Nous étions 29 pour parcourir les 13,5 et 460m de dénivelée, pour cette randonnée proche du Rhône, côté Ardèche Nord. On sera surpris de trouver des coins aussi " sauvages " si proche de la vallée du Rhône ( Ardennes ). Sur la fin, la vue sur le Rhône et la Tour d'Arras constitue un plus indéniable.

Nous avons préféré choisir le point de départ à partir du parking de la mairie situé juste au dessus du premier rond point en arrivant par le  Nord du village pour éviter la traversée de la nationale.

La particularité de cette randonnée est la  descente  dans le vallon " perdu " de l'Ardennes. Une maison au fond. Puis de curieux portraits...( à découvrir ! / Il y en a 8...) Passer devant, continuer tout droit. Franchir le ruisseau (de 2 à 5 m de large et de 10 à 30 cm de profondeur selon la période). Présence d'un gué sur des rochers. Remonter en face à travers bois, en suivant la piste. Sortir du bois et rejoindre le goudron au croisement du Chemin de Pierre Blanche à Solignac
Une nouvelle passerelle permet la traversée l'Ozon au vallon de l'Ardennes.

L’ensemble du groupe était ravi de cette journée  de découvertes.

Jean Jacques

 

La tour blanche est un vestige du château d'Arras qui, à l'époque féodale, fut partagé en deux co-seigneuries : la tour blanche dite « tour de Soubise » et la tour brune dite « tour de Jovyac ».

Le château d'Arras faisait partie d'un système de défense. Il gardait le Rhône et l'entrée du village. Le site servait sûrement d'Aérium à l'époque romaine : lieu sûr pour emmagasiner le trésor appelé à payer les légions. La tour fait 28 m de haut. Une table de lecture est située au pied de la tour. Un sentier de randonnée part du village pour monter à la tour.

Mardi 14 Novembre

 

 Marsaz

 

De bren à Marsaz ou de Marsaz à Bren ? Ce sera départ de Marsaz à côté de l’église, nous sommes 23 et nous allons parcourir 13km pour 320m de dénivelé. Cette randonnée assez facile nous conduit à Bren que nous traversons avant de monter dans le bois de la Garde et à Tranche Montée. Il ne pleut pas, il fait doux, le terrain est assez agréable, on papote et on avance. Déjà la moitié de la rando est passée, nous redescendons et commençons à chercher le coin piquenique. Une clairière avec un rayon de soleil nous attire l’œil, c’est l’heure, on mange ! Puis toujours dans les bois, nous arrivons à un rond-point et continuons vers Courrin, Courioles, les Galaures, et le chemin des sables nous ramène à Marsaz. Avant l’arrivée nous avons croisé des personnes qui ramassaient les poivrons et les piments, un brin de causette et des photos s’imposent.

Merci Serge notre serre file et merci Jean Jacques notre photographe du jour.

Christiane

Avec un peu de culture pour les curieux :

Marsaz, commune de la Drôme des Collines au nord de ce département, n’est pas inscrite au Patrimoine Historique de l’UNESCO : pas de facteur célèbre ou de monument classé ! Les vieilles maisons en pierre de « molasse » du village ancien ou de l’habitat dispersé possèdent un charme indéniable mis en valeur par les rénovations. Cependant l’attrait essentiel réside dans sa campagne qui respire le calme, l’équilibre et présente l’intérêt d’un paysage varié.

Des alignements de buttes ou collines animent les perspectives. Les terroirs multiples entraînent une polyculture où alternent céréales et oléagineuses, arboriculture et maraîchage. Les nombreux chemins, entre terres cultivées et pentes boisées de pins ou de chênes, favorisent les promenades ou randonnées à pied.

Mardi 7 novembre 2023

 

Le Serre des Aigles à Aouste-sur-Sye

 

Le beau temps était annoncé, 28 randonneurs se sont présentés pour effectuer cette jolie randonnée d'automne de 15 km et 450 m de dénivelé, offrant de nombreux points de vue sur le Vercors, les sommets de la forêt de Saoû, et les Baronnies. Traversée en milieu rural agricole, où vignes et champs succèdent à la forêt.

 Un peu de route au départ, notamment pour atteindre un croisement de chemins bien visible et bien signalé. Nous empruntons un chemin à droite, direction Nord-Nord-Est, le sentier montant au Serre de la Garenne et  poursuivons ensuite sur un sentier cheminant en crête jusqu'au Serre des

Aigles, avec de jolis points de vue.

Nous nous dirigeons ensuite sur un chemin s'élevant en sous-bois puis redescendant, qui va contourner le Serre de Ferrande.

Le retour vers Aouste se fera par un  Chemin communal, puis Mât de Trémelas, tout droit en face, le Mât des Chiprons,  puis une piste herbeuse entre deux champs.

Une randonnée très agréable aux paysages très variés appréciée par tous les participants.

 

Jean Jacques/ Serge

 

Aouste-sur-Sye a été, de l’Antiquité au 17ème siècle, une étape et une place forte importante. Les époques qui ont le plus marqué son histoire furent l'Antiquité (fondation d'Augustum ou Augusta), le Moyen Age (Aoste) où le village fut enserré dans de hauts remparts plusieurs fois détruits suite aux guerres de religion dévastatrices puis, le XIXe siècle finissant (industrialisation).

Mardi 31 Octobre

 

 Lac des Meinettes

 

Nous sommes 18 au départ pour une rando qui démarre de Ceintres dans l’Ardèche.

C’est une rando qui devait être facile mais qui s’avéra mouvementée. Nous devions faire 11,5km et 250m de dénivelé, en réalité ce fut 5km et 70m ! Que s’est-il donc passé ?

D’abord la veille et les jours précédents il a beaucoup plu, donc logiquement les ruisseaux inexistants cet été débordent et le lac des Minettes à sec lors de la reco déborde.

Arrivés au ruisseau de Chaudeval, il faut passer à gué, qu’à cela ne tienne, la meneuse du jour s’élance et… tombe dans l’eau. Heureusement pas de bobo mais simplement trempée de haut en bas ! Alors, retour aux voitures. Les copains prévoyants prêtent chaussettes, pantalon, tee-shirt, veste polaire à cette pauvre meneuse très déconfite !!

Jean Noël se propose de la ramener à Malissard en vue d’une bonne douche chaude et de vêtements chauds et secs. Mais quand même, c’est dommage, on est tout près de ce lac des Meinettes, alors le reste du groupe accompagné par Jean Jacques décide d’aller en faire le tour, ce qui va occasionner encore quelques passages mouillés et délicats mais sans chute !

Puis piquenique au bord du lac et retour vers 15h à Malissard. Au final, rando raccourcie mais pas de blessé, la meneuse est rassurée.

Merci pour les vêtements secs, le thé chaud, les pâtes de fruit, vraiment beaucoup de solidarité et de gentillesse.

On reviendra au lac des Meinettes par temps plus sec !

Christiane

Mardi 17 octobre 20203 

 

Omblèze

Encore une belle journée dans notre escarcelle, proposée et menée d’une main de maitre par Serge Souche et parfaitement serre filée par Jean Noël Roux.

La météo est idéale, nous partons de gorges d’Omblèze vers la cascade de la Pissoire. Montée dans les bois, pêcher du bas, pêcher du haut, tout va bien, on papote le sentier est très agréable. Nous retrouvons le GR9, la montée dans les bois donne un peu de fil à retordre mais nous voilà à 1000m d’altitude, c’est l’heure du piquenique et la fin de la montée. Alors on savoure le moment avec un beau panorama notamment sur le plateau d’Ambel. Puis c’est la descente en passant par les ruines du Chaffal. Les bois commencent à prendre quelques couleurs d’automne, on est bien et déjà nous arrivons aux voitures ! Nous étions 27, nous avons parcouru 10,5km et fait 460m de dénivelé. Quelle belle journée ! Un grand merci à notre meneur du jour.

Christiane

 Un peu d’histoire : du 1er au 15 Aout 1944, l’armée allemande patrouille, pille et réprime : quatre maquisards capturés sont exécutés. La compagnie Sabatier se dissimule à Comblezine, évitant les combats et donc les représailles envers les habitants. Le 9 août, un détachement allemand, allant réquisitionner du bétail, se heurte au Chaffal aux maquisards : c’est le « combat du Chaffal » qui voit les Résistants repousser l’ennemi. Mais en représailles, La Vacherie est incendiée. Le 14 août, les derniers Allemands quittent Léoncel et les maquisards descendent dans la plaine.

Mardi 10 octobre 

 

La Motte Fanjas

 

Sur le parking de Malissard, nous sommes 34. Arrivés au comptage à la Motte Fanjas, petit village de 192 habitants qui s’appellent des Fanjamotteux et de Fanjamotteuses, nous voilà 32, non 33 d’après Jean Noël notre serre file, et ce sera notre dernier mot !!

Vous l’avez compris, tout commence dans la bonne humeur pour cette rando qui nous emmène, en passant par le Bois Savoyard, à l’écomusée de Rochechinard, où nous trouvons un joli petit coin pour piqueniquer avec de belles vues sur le Vercors et de l’ombre !

Le retour commence par une petite route, nous passons devant les jolies maisons de Rochechinard et devant un très bel oratoire dans lequel nous admirons les fresques colorées. Nous retrouvons des chemins dans les bois qui nous ramènent à La Motte Fanjas.

Cette rando est très agréable avec beaucoup de vues sur le Vercors et la plaine du Royans et nous avons fait sous le soleil 13km et 460m de dénivelé.

Merci à Jean Noël et à Dominique qui m’ont secondée dans cette aventure.

Christiane

Mardi 26 Novembre 2021

Les hameaux de L'Escoulin et d'Eygluy

9 personnes, 11km et 518m, piquenique dans une petite buvette très originale.

Une randonnée en boucle pour découvrir les hameaux de L'Escoulin et d'Eygluy, autrefois communes séparées dans deux vallées parallèles. En 1971, elles fusionneront pour donner Eygluy-Escoulin !
Sur l'itinéraire, belles échappées sur les montagnes et les sommets du sud-Vercors et découverte du petit patrimoine local de cette région du Diois.
Aucune difficulté, l'itinéraire emprunte soit des chemins carrossables, soit des petites routes tranquilles.

19 octobre 2021

 

Jaillans

 

Nous sommes 24 au départ (et à l’arrivée !!) pour une rando autour de Jaillans (et non Saillans !)

Il fait un temps superbe pour cette balade qui commence dans le village en passant devant le restaurant « la bonne ambiance » anciennement « la Guinguette » pour ceux qui aiment danser, tout un programme !

Par des petites routes peu fréquentées et des petits chemins nous passons aux Cléments en admirant au passage de belles maisons.

Le chemin nous permet ensuite de monter dans les bois de châtaigniers jusqu’aux côteaux de Baret puis au col Alexandre où nous piqueniquons.

Descente dans le ravin des demoiselles, puis retour sur Jaillans où nous faisons une photo de groupe sur les escaliers de la belle église romane du 12ème siècle.

Nous avons fait 13,6 km et 400m de dénivelé.

Cette rando très bucolique nous a permis d’admirer les monts du matin et la plaine de l’Isère.

Christiane

Mardi 28/09/2021 / Groupe 2 /

 

 

Boffres/ Vincent d’Indy et les châteaux

 

Nous sommes 19 au départ en direction de l’Ardèche. La météo est bonne, l’air un peu friquet le matin quand nous démarrons du parking de la salle communale du joli village de Boffres.

Voici le premier château, celui de Boffres en haut du village dont il ne reste qu’une tour et quelques ruines mais un beau point de vue nous permet d’admirer le paysage et la montagne du Vercors.

 

Puis avec des chemins dans les châtaigniers et des petites routes nous passons à Chapelier, Floriel, Tardivon. Nous évitons le château de Cachard, son grand domaine entouré de grillages ne nous permet plus de nous approcher. Et puis, d’autres châteaux nous attendent !

 

Donc direction Noyaret et un beau chemin qui est une ancienne voie romaine (dixit Etienne le local du coin !)

Encore des bois de châtaigniers et de hêtres (celui qui est à poils) puis un pré au soleil nous invite au pique-nique.

Retour vers Boffres car deux visites nous attendent : celle du Manoir Chabret et celle du château des Faugs où nous ferons la photo de groupe avant de revenir à Boffres vers 15h30.

 

Nous avons fait 14,5 km et 360m de dénivelé.

 

 

 

Petite page historique :

Nous voici ici aux abords du Manoir de Chabret sur la commune de Boffres. D'après ce que je sais, il a été édifié par Isaïe d’Indy en 1589. Il appartient depuis à la même famille de générations en générations. Il n'est pas visitable mais on peut largement admirer de la route ce "petit château", son jardin, et se promener à travers les bois de Hêtres (fayards) ainsi que dans le bois de Boulogne. Lors de son  enfance, Vincent d'Indy est emmené chaque été, pendant les grandes vacances, dans la demeure familiale de Chabret à Boffres (Ardèche), à 25 km de Valence. Il apprécie tellement cet endroit qu'il y fait construire le château des Faugs quelques années plus tard tout près de là. Vincent d’Indy élabore lui-même les plans du château des Faugs, grande demeure familiale pour les vacances et le repos, son lieu de villégiature privilégié de 1890 — date d’achèvement de sa construction — à 1917, avant qu’il ne préfère la Méditerranée avec Saint-Raphaël.

Dès 1856, il apprend le piano avec de très bons professeurs, dont Antoine Marmontel. Il est élève de César Franck au Conservatoire de Paris, il obtient dans cette classe un second accessit en 1874 puis un premier accessit l'année suivante.

À une époque où la musique italienne reste influente en France, il se tourne vers l'Allemagne. De grands musiciens allemands lui deviennent familiers : Gluck , Beethoven, WeberMendelssohn. Vers l'âge de 18 ans, il découvre aussi l'art de Wagner. En cette seconde moitié du XIXe siècle, d'Indy participe au grand renouveau et au brillant développement de la musique française, auparavant figée, d'abord dans l'héritage du XVIIIe siècle, chantant la gloire de Napoléon Ier puis développant un « mauvais goût » à la remorque de l'Italie, préoccupée avant tout, à l'époque, par un art vocal théâtral axé sur la seule ligne mélodique et la virtuosité. Héritier d'un monde aristocratique, d'Indy n'appréciait pas les productions de cet univers bourgeois. Il se marie avec Isabelle de Pampelonne, sa cousine germaine, en 1875.

 Le château des Faugs a été inscrit monument historique le 8 mars 1991.

Mardi 13 septembre 2021.

Col de la Gardette  Flaviac

Une randonnée qui nous offrira  des vues sur Flaviac et la vallée de l'Ouvèze d'un côté et de l'autre sur Chomérac et le Vercors (à l'horizon).

Col de la Gardette Flaviac.jpg
bottom of page